Avertir le modérateur

2006.11.30

Ordre de mobilisation générale ...?

En ces périodes troubles et excitantes de campagne présidentielle, les "zélotes" qui nous gouvernent et se gouvernent eux même si peu, n'ont qu'un mot à la bouche : "mobilisation" ....medium_I-want-you-eu.2.gif

Mobilisez-vous qu'ils disaient ... on connait le refrain, c'est le même que ceux que servent les diatribes médiatriques et les faux prophètes des instituts de sondage. Toutefois, le bon comme le mauvais philosophe, le modeste penseur ou l'homme libre doit garder présent le souci de douter de tout et de remettre en cause le "prêt-à-penser".

Faut-il donc vraiment se féliciter d'une forte mobilisation politique ou s'inquiéter d'une démobilisation ?

Une récente discussion avec un ami m'y a fait réfléchir ...

Dans quelles types de régimes les électeurs se ruent-ils vers l'isoloir ? Dans quels contextes ? Dans quels pays peut-on compter autant -et parfois plus (sic)- de bulletins que d'inscrits, voire que de candidats ... Doit-on rappeler l'histoire d'un certain chancelier allemand qui suscita une "irrésistible" mobilisation politique ... avant d'ordonner une mobilisation militaire cette fois ?

L'abstention, le désintérêt du scrutin, n'est-ce pas aussi une forme de confiance, de blanc seing envers la classe dirigeante ?

medium_image002.jpgFaut-il voir les élections autrement que comme le catalysateur -ou la catharsis- des tensions, aspirations et espérances individuelles et collectives ? C'est un match géant, chacun y va de son poulain, de son prognostic. On se rassemble en partis, on s'oppose, on se fache même. Et puis ... et puis ... on finit tous par se réconcilier en déclarant de concert que de toute façon gauche droite c'est pareil, tous pourris pour certains, tous incompétents pour d'autres, le tout en se versant un bon petit verre et profitant des derniers instants d'une douce journée de printemps dont on aura finalement rien vu ... ne fallait-il pas commencer par là ?

 Alors au lieu de s'écharper sur le programme de Ségolène, notez plutôt qu'à l'envers UMP donne PMU ... poussez la porte le 22 avril prochain, quite à demander un Kir Royal !

 

Primo Piano 

2006.11.29

Pros-épopée

medium_clap_20N1_20prod_20jpeg_20petit.jpg

« Moteur » ! Le mot retentit encore. Le 1er octobre 1930, à Lille commençait le tournage d’un long métrage qui s’est achevé ce jeudi 23 novembre. medium_swisstxt20061123_7286767_2.2.jpg

Dans le rôle titre Philippe Noiret qui outre l’interprétation signe également les dialogues et la réalisation. La première partie se déroule entre Nord, Pyrénées et région parisienne. L’histoire est celle d’un enfant, bientôt un cancre, qui n’a d’yeux que pour le théâtre. Dans la deuxième partie tout s’accélère, les planches, les projecteurs, Zidi, Tavernier, Leconte, Blier et les autres. La distribution est excellente, que des grands noms : Marcello Mastroianni, Jean Rochefort, Jean-Pierre Marielle ou encore Claude Rich pour ne citer qu’eux. La fin, émouvante et digne, est accompagnée par les applaudissements d’un public nombreux et conquis. medium_a112707au.jpg

On ne s'ennuye pas un seul instant, on rit, on pleurt , on sourit, on fronce. Un bon moment, trop court sans doute mais c’est là la règle du 7e art. Le dernier clap s’est fait entendre. «C’est dans la boîte». Bravo.

Nous avons aimé.

Primo Piano

18:15 Publié dans Critiques | Lien permanent | Commentaires (0)

2006.11.24

Les deux Bernanos

medium_medium_bernanos_g.2.jpg

Dans les conversations de salon, il est de bon ton de disserter sur la soit-disant dualité de Bernanos. Il y aurait donc le Bernanos maurassien, royaliste et catholique intrensigeant, puis le Bernanos démocrate-chrétien humaniste et tolérant. Et les bien-pensants de s'approprier l'un ou l'autre, selon leurs affinités politiques. C'est tellement plus pratique en effet de pouvoir coller les bonnes vieilles étiquettes!

 

 medium_medium_lp_230975.2.2.jpg

 

Je n'ai pourtant trouvé qu'un seul Bernanos, un chrétien libre, intelligent et exigeant qui n'a de cesse de chercher la Vérité, à temps et à contre-temps. Les invectives contre les bourgeois républicains conservateurs de La Grande peur des bien-pensants, la dénonciation des ignominies des troupes franquistes (Les Grands cimetières sous la lune) et la vision prophétique de la technocratie totalitaire de nos démocraties modernes (La France contre les robots) sont bien du même ordre: traquer les faux-semblants, les mensonges, les compromissions. D'où qu'ils viennent. C'est ce que ne lui ont jamais pardonné nos bien-pensants modernes. La charge contre le franquisme est perçue comme une trahison par les bien-pensants nationalistes ("ah... sacrés nationaux!"). Alors que c'est la seule lueur de moralité au milieu des errances fatales de ses collègues de l'époque. De même, les apôtres démocrates oublient volontairement son ouvrage posthume qui les place devant les abîmes du nouveau monde post-1945.

Une oeuvre à apprécier dans son ensemble.

Ambrogio Riva

 

 

 

21:20 Publié dans Billet d'humeur | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : Bernanos

2006.11.17

Power to the people

medium_closer.jpg

"Marina de la Star'ac mange-t-elle ses crottes de nez ?", "Cauet a-t-il des implants capillaires ?", "Michael Youn fait-il des UV pour son postérieur ?"

    Voilà le genre de questionnements philosophiques cruciaux, souvent illustrés de photos "trash", que nous sert quotidiennement la presse people. Mais enfin bon, pour qui nous prend-on ? Les soi-disant journalistes de  cette presse poubelle croient-ils sincèrement que la jeunesse française se sent concernée par la vie inintéressante de quelques stars jetables ?

    La presse people s'affiche aujourd'hui partout sans aucune honte. Sa publicité est présente jusque dans le métro où des affichettes pendantes nous mettent sous le nez dès le matin des "photos exclusives de peoples sans maquillage !". De quoi vous donner envie de vomir avant d'arriver en cours. Les jeunes français ne sont pas des veaux prêts à s'intéresser à toutes les bouses. Alors faisons plaisir à nos neurones, jetons Publer et Closic et ouvrons de vrais journaux ou quelque bon bouquin.

 

Thiébaut 

12:35 Publié dans Médias | Lien permanent | Commentaires (1)

Phoenix politique

medium_wheel.2.jpg

    "Les politiques ne peuvent plus rien faire aujourd'hui", c'est un refrain universel de nos jours, et pas uniquement réservé aux ambiances enfumées et véhémentes des cafés du commerce. Lionel Jospin avait lui-même entériné ce cliché par son fameux "L'Etat ne peut pas tout" lancé en réponse à des suppressions d'emplois chez Michelin. La faute est ainsi successivement portée sur le Marché, les ONG, les organisations supra-nationales (ONU, OMC…), l'Union Européenne, la Mondialisation, la météo, les tâches solaires et toute une série de boucs-émissaires plus ou moins fantaisistes.

    Cette constatation serait extrêmement inquiétante si elle n'était toutefois totalement fausse. Les politiques ont en effet un pouvoir de plus en plus important. La complexification du monde moderne exacerbe d'autant leurs prérogatives. Leur inaction est ainsi plus liée à un manque de responsabilité qu'à quelque entrave à leur volontarisme aujourd'hui largement plus fantasmé qu'effectif. De manière schizophrène les politiques cultivent un discours mou qui participe à une dilution des responsabilités et un dédouanement général.

    Que font-ils quand aujourd'hui à Paris certaines agences immobilières demandent à un locataire de justifier d'un salaire jusqu'à quatre fois plus élevé que le loyer ? Que font-ils contre les opérateurs internet et téléphone qui font payer une fortune des prestations aléatoires ? Que font-ils quand un grand patron voyou s'accorde une prime à l'échec d'un montant indécent ? Non, non circulez messieurs dames, il n'y a rien à voir. "C'est la faute du marché, de l'Europe, de la Mondialisation, de la pluie…" La faillite du politique n'est pas due à l'environnement extérieur mais à l'abandon de ses propres responsabilités. Le courage politique n'est plus d'actualité. Aujourd'hui il n'y a plus de responsables, chaque citoyen est le meilleur expert de ce qui l'entoure. La démocratie participative, la nouvelle farce moderne. Sa mort constatée, espérons que le phoenix politique renaisse un jour de ses cendres.

 

Thiébaut 

12:30 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (2)

2006.11.07

Tremblez-en-France

medium_216389547.2.jpg

Français, réjouissez-vous! Nicolas Sarkozy a eu l'immense courage de se rendre seul (avec deux compagnies de CRS quand même) dans une ville "dynamique" de Seine-Saint-Denis. L'accueil un peu mouvementé l'obligea à se réfugier pendant plus d'une heure dans le commissariat local pendant que ses escouades nettoyaient le terrain. Il put ensuite parader pendant au moins dix minutes devant les caméras, sous les crachats et les invectives. 

 

 

medium_g1.2.jpg

 

 Un an plus tard, il nous abreuve de sa bravoure pendant trois pages de Témoignages, fier d'avoir bravé les quelques énergumènes que ses CRS avaient laissés là pour les caméras.  Et c'est comme ça pendant plus de 150 pages! S'il subsistait quelques doutes, il suffit de lire ces fanfaronnades pour savoir pour qui ne pas voter!

 

Ambrogio Riva 

13:50 Publié dans Présidentielles | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : Sarkozy

2006.11.05

Latin Lover ...

Est-ce pour fêter l'anniversaire de la mort de Brassens que le "Dré Zaint Bère" Benoit XVI s'est rendu compte que sans le latin la messe nous emmerdait ?

medium_Ratzinger.jpgRéactions en chaines en tout cas chez les évêques de France ... Craignent-ils de voir disparaitre leur bonne vieille liturgie de "l'arbre de vie" et du "papier crépon"?

Mais si souvenez-vous de la communion de petit cousin dans la Nievre l'an dernier ... une insupportable dame cathé en jupe à carreaux (collection Cyrillus Automne-Hiver 54) vous saute dessus parce que vous avez toutes vos dents et une cravate.

"Bonjour voudriez-vous aider le père Patrick pour la Processions de la Joie ? Vous savez c'est tout simple, il faut apporter des intentions de prières écrites sur des fleurs en papier et les accrocher à l'arbre de vie en polystyrène dans le choeur" ...

Inquiet vous levez la tête ... ah oui ... "l'arbre de vie", juste entre "la fontaine d'amour" et "la crèche bio" faite en pellure de concombre ...

Forcément vous êtes poli, vous acceptez ... d'autant que vous voyez deja la même hystérique demander à votre tati Michèle si elle veut bien chanter le "Bisou du Ciel, Dieu de Merveille" avec la chorale incontinente de la maison de retraite voisine ...

Vous vous retrouvez donc enrolé et allez vous renseigner sur les détails en sacristie ... personne ... vous interrogez un plombier qui vient sans doute de réparer une fuite à la fontaine d'amour ... Aïe c'est le "Père Patrick" mais bon d'emblée il veut que vous l'appelliez "Pat' "comme tout le monde....

Bref ton copain Pat' t'explique que l'orgue a été remplacé par des maracasses en pots de yahourt, que les chants de messes sont des morceaux de la star'ac dont on a changé les paroles pour faire "spi" ... et que la table de camping sur laquelle tu t'accoudes, c'était l'autel qu'il fallait installer dans le choeur parce que l'ancien maintenant sert pour les compositions en fausses fleurs séchées de madame Laglutte qui se donne beaucoup de mal et tout et tout ...

On continue ? Bon ... 

Tant bien que mal, la messe se passe ... vous avez du mal à comprendre pourquoi vous vous êtes d'un coup retrouvé à échanger un baiser de paix avec la boulangère en faisant la ronde autour de l'autel; vous ne vous rappelez pas que dans la liturgie y a un moment où on est assis en tailleur dans le choeur en mimant une comptine pour enfant; vous ne comprenez pas pourquoi on vous fait les gros yeux quand vous refusez de répondre au quizz catho qui fait office d'homélie et vous vous êtes même surpris à chercher des yeux madame de Fontenay quand vous deviez lire votre intention de prière "Faites mon Dieu que les guerres cessent car ça fait souffrir beaucoup tout plein" ...

Heureusement !!!  Le moment de la quête était bien visible, ça permet au moins de savoir qu'on est à la moitié ... voila une tradition sacrée !

 

Est-ce donc pour cela que se battent nos évêques ? Invoquant l'exception "cultuelle" !? 

Certes ils ont leur bilan pour eux, les églises n'ont jamais été aussi pleines, les prêtres aussi nombreux et l'art chrétien aussi beau ! 

Alors si l'ouverture que propose le pape peut permettre aux prêtres de choisir la liturgie qui leur semble la plus adaptée, si la fin de la ghettoisation des traditionnalistes peut donner le droit de préférer la messe en latin sans être suspecté de collectionner les photos dédicacées de l'ex chancelier Hitler ... alors je donne ma bénédiction et même si cela vexe une douzaine de dames cathés, si cela enerve Pat' quand je l'appelle monsieur l'abbé, si ça doit faire dégager la fontaine d'amour et l'arbre de vie pour laisser reparaître le retable baroque et même si ça met au chômage le centre de réinsertion des gardes-chasses alcooliques qui ne vendront plus de bougies mauves avec écrit "paix" en dix langues et autant de fautesmedium_arton95-155x160.jpg d'othographes ...

Si la Sainte Vierge ou sainte Bernadette lisent ce blog, qu'elles inspirent à Lourdes l'épiscopat le plus bête du monde qui préfère amputer un bras que soigner un bobo ...

Ite Missa Est ...  que les "sans-calottes" s'achètent un Gaffiot !

Primo Piano 

22:00 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (2)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu