Avertir le modérateur

2006.12.24

Repose en paix, Turkmenbachi!

medium_P1.jpgLe glorieux père de tous les Turkmènes, Turkmenbachi, nous a quittés brutalement le jeudi 21 décembre à 20h10, au terme d'un règne inégalable de 21 ans sur le Turkménistan, véritable âge d'or pour ce Grand pays de 5 millions d'habitants. Prophète éclairé, phare de l'humanité, pourquoi nous as-tu abandonnés si tôt? Tes enfants qui te vénèrent sont désormais orphelins, l'univers et tous les saints te pleurent en choeurs glorieux.
medium_P2.jpg

Ta douceur ineffable et ton omniscience ont conduit ton peuple au bonheur. Je ne regretterai jamais assez de ne m'être pas rendu dans ce Paradis terrestre avant ton départ, berger divin. Mais je te promets que je viendrai bientôt admirer ton oeuvre grandiose, désormais gravée dans les siècles.

 

 

medium_P3.jpg

 

 

Mais nous ne sommes pas seuls. Tu nous laisses un viatique, véritable passeport pour la Vérité et l'éternité, Roukhmana (disponible dans toute bonne librairie). "Lisez ce livre, et vous comprendrez la nature, les lois et les valeurs humaines, et vous irez au Paradis", nous a rappelé "l'homme génial". Veille sur nous, Saparmourat Niazov, continue de nous dispenser généreusement les bienfaits de ton génie et pardonne aux fous qui n'ont pas cru en tes lumières.

Louanges à toi, Turkmenbachi! 

  

Ambrogio Riva 

2006.12.22

Latin LoverS

"Nous laïcs, catholiques romains, souhaitons, devant l'émoi médiatique provoqué par une possible libéralisation de la messe grégorienne, témoigner publiquement de notre fidélité, de notre soutien et de notre affection au Saint-Père.(...) Nous considérons donc comme une grâce la diversité des rites dans l'Eglise catholique et nous voyons venir avec joie la libéralisation de celui qui fut notre ordinaire, celui de nos parents et de nos grands-parents, et qui a nourri la vie spirituelle de tant saints"

medium_dab7re2.jpgCe "manifeste en faveur de la messe tridentine", publié dans le Figaro du 16 décembre, est signé par 43 personnalités, dont René Girard, Michel Déon, Claude Rich, Charles Beigbeder, Denis Tillinac. Cette prise de position iconoclaste et courageuse est un bol d'air frais dans le climat ecclésial français actuel, nos évèques brillant plus souvent par leur prudence extrême que par leur liberté de ton.

"Nous sommes choqués qu'un catholique puisse être inquiet de la célébration de la messe qui fut celle que célébrèrent le Padre Pio et saint Maximilien Kolbe. Celle qui a nourri la piété de sainte Thérèse de l'Enfant-Jésus et du bienheureux pape Jean XXIII." Comment ne pas souscrire à de telles évidences? Merci Messieurs.

 

Ambrogio Riva

20:30 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

Incohérence administrative

medium_carte-departements.2.gifLa division administrative de la France en départements date de la "grande" Révolution. Quoi qu'on pense de ce découpage abstrait mettant à bas nos provinces pluri-séculaires, il avait le mérite d'être logique et systématique. Nos 89 départements métropolitains étaient classés alphabétiquement de 1, l'Ain, à 89, l'Yonne. Parfait. Depuis, le politiquement correct et les conseillers en communication ont fait des ravages. Quelques changements s'avèrent annodins à défaut d'être heureux: Basses-Pyrénées devenues Pyrénées-Atlantiques (64) ou Seine-Inférieure transformée en Seine-Maritime (76). Mais dans la plupart des cas, l'adoption de dénomination plus vendeuses se fit au détriment du bel ordonnancement révolutionnaire. Ainsi les anciennes Basses-Alpes (04), devraient être 05 depuis qu'elles se sont élevées en Alpes-de-Haute-Provence, tellement plus bucoliques... Un zeste de régionalisme girondin transforma les Côtes du Nord en Côtes d'Armor (22) et voilà l'orthodoxie jacobine mise à bas. Sans parler de la Seine et Oise: que diable viennent faire les Yvelines au numéro 78!

Profitant de la tribune offerte par Primopiano, je lance un appel solennel à tous les candidats à l'élection présidentielle qui se réclament  d'un certain idéal républicain. Je leur demande de s'engager à rétablir, par tous les moyens, l'ordre juste dans la classification de nos départements, cellules de base de notre société. 

 Ambrogio Riva

2006.12.21

L'impeccable blancheur de la Vertu

Blanc comme son tailleur, blanc comme son patronyme, blanc comme son programme ... telle semble être la couleur de campagne de Ségolène Royal pour la présidentielle de 2007 !

Or le blanc n'est pas une couleur -pas davantage sans doute en politique- et c'est probablement ce qui peut inquiéter ses partisans comme ses adversaires. Oui mais "blanc" c'est aussi toutes les couleurs du spectre à la fois ... alors que penser ? Rien ? ... Peut-être bien .... Mais d'un autre côté le vide n'est pas pour autant le néant ! Alors que déduire ... pas davantage .... sans doute ...

Bref, pas facile de prime abord de raisonner rationnellement (sic) dans cette campagne entre la chabichouchou des sondages et petit patapon... qui rompt et rompt comme vous le savez.

 

medium_voutch.jpgLe Riposte de ce dimanche, où Serge Moatti recevait la Dame Blanche, m'a toutefois définitivement persuadé des réelles chances de Ségolène Royal d'accéder à la présidence. Les critiques dès le lendemain parlaient d'esquives, de non propositions, de flou, de "rien" ... et cela m'a rappeler cet excellent dessin de Voutch :

 

Faut-il avoir des idées précises pour gagner une élection présidentielle ? Je veux dire est-ce une obligation ? Le "faut-il" au sens moral ? Je crois au contraire qu'il est peu sain d'arriver au pouvoir avec une idée sur tout comme certains semblent vouloir en faire la démonstration.

Ne vaut-il pas mieux avoir des principes, des valeurs, une vision, une éthique d'action déterminés et des qualités de souplesse dans l'affrontement des situations ? Aujourd'hui les femmes et hommes politiques se sentent obligés d'avoir leur solution opérationnelle au décret près dans leur poche alors que souvent rien de général ne guide leur démarche ... si ce n'est une idéologie -socialiste ou libérale- c'est-à-dire l'intelligence des esprits pauvres. N'est-ce pas le contraire qui est souhaitable ?

Ce dimanche je n'ai vu aucune mesure annoncée par Ségolène Royal, mais j'ai vu quelqu'un qui accordait de l'importance aux "repères", aux "valeurs", à ces termes que l'on croyait à jamais noyés dans le discours de l'extrème droite. Elle a même déclaré le plus naturellement du monde que "la morale était une bonne chose" ... qui pourrait encore dire ça sans se faire rabrouer. Elle assume, persiste et signe. Autre éclair de lucidité : l'éducation. D'aucun la raille sur ce point: "elle joue à la maman", entend-on. Pourtant l'éducation n'est-elle pas la première des priorités ? N'est-ce pas par là que tout doit commencer ?

Dérive droitière ? Et si c'était simplement du bon sens ? La crise des valeurs, des modèles et des repères, quels sociologues n'en parlent pas avec l'inquiétude universitaire qui les caractérise ? Souvenons-nous seulement d'Hannah Arendt dans La crise de la culture.

Avant l'arrivée néfaste des idéologies ce qui faisaient bouger les grands hommes c'étaient les grands exemples de leurs prédécesseurs. César fut marqué à vie par une statue d'Alexandre à Cadix; Auguste se rendit sur la tombe de ce même Alexandre à Alexandrie. C'est aujourd'hui encore un exemplum virtutis qu'il nous faut et sans doute pas un petit bourgeois excité qui vend son programme comme un commercial vend un telephone portable 4e génération ... Ceux qui ont lu le Guépard de Lampedusa (ou vu le film de Visconti) reconnaitront sous les traits du chef de l'UMP se profiler l'allure burlesque et méprisable de Don Calogero.

 

Cela bien sûr est loin de faire de Ségolène Royal la candidate idéale pour le printemps 2007 mais je me suis surpris à imaginer ... imaginer son tailleur blanc immaculée descendant les escaliers des avions officiels en voyages diplomatiques. Présidente des Français et impératrice de la mode, symbole de notre chic national. C'est Jackie Kennedy au pouvoir. Contenant ou contenu direz-vous ...je crois qu'on peut faire passer beaucoup de chose avec un beau sourire ... tancer un dictateur, remettre en place un Américain, réconcilier des anciens ennemis. Tout dépendra par qui Ségolène sera conseillée ... c'est là le véritable enjeu ... quelqu'un qui a réussi à  blouser tout le PS dans les primaires ne peut pas être totalement mauvais(e).

Espérons seukement qu'il n'y aura pas de charge des éléphants sur les ministères.

 

Primo Piano

 

2006.12.15

Nouvelle Rubrique

Le Blog Primopiano est heureux de vous annoncer la naissance d'une nouvelle rubrique consacrée à l'actualité people du droit public à l'occasion de la sortie du tant attendu supplément week-end de la RDP : STRATEUF !

 

Vous découvrirez ci-dessous la couv' du premier numéro.

 

medium_tabloid.JPG

 

... Et bientôt :

    - la vérité sur les relations qu'entretiennent Long, Weil et Braibant

    - interview croisée des demoiselles  Dol et Laurent

    - dossier : passer les fêtes à Eloka

 

sans oublier :

les plus belles photos du lancer de nains du réveillon à Morsang/Orge

 

Vos contributions éditoriales sont les bienvenues !

 

Primo Piano 

02:05 Publié dans Strateuf ! | Lien permanent | Commentaires (5)

2006.12.14

Cons ... pris !

Avez-vous remarqué que les journalistes français ont particulièrement brillé le week end dernier ? Non ?
Mais si, ils auraient mérité toutes les distinctions : la médaille d’or de l’incompétence, le prix Nobel de l’ignorance et sûrement l’Oscar de la bêtise.
Tout d’abord, leurs cris d’orfraie devant le coup d’état de Jean-Marie Le Pen décrit unanimement comme un fait historique certain et avéré par les plus grands experts d’analyse d’opinion sur la foi de sondages à la scientificité douteuse.
medium_dd.JPG Ensuite, la mort de Pinochet. Après nous avoir présenté avec une certaine délectation l’indécent spectacle de ces chiliens fêtant la mort d’un vieillard impotent, ils avaient encore assez de culot pour s’étonner de trouver d’autres chiliens qui, « osaient » porter le deuil de l’homme qui sauva leur pays du communisme ! En 2006, pensez-vous !
Clou du week-end journalistique : nos media s’interrogeaient sur la capacité de l’opposition libanaise à réunir 800 000 manifestants à Beyrouth. Ô stupeur de nos devins : 2 millions de libanais se réunissaient et réclamaient la chute du gouvernement Siniora.
Mais faut-il être ignorant pour prendre le gouvernement libanais pour un « gouvernement d’unité nationale » (sic !) et « anti-syrien » (resic !) et pour désigner le Général Aoun comme un dévot de la politique syrienne au Liban !
Voila qu’on nous présente un ramassis d’incompétents qui n’ont rien fait pour leur pays pour le gouvernement idéal sans aucun recul. Il y a dans l’actuel gouvernement libanais plus de responsable des malheurs du Liban que dans les gouvernements israélien ou syrien.
Il faut avoir la mémoire courte pour oublier que les ministres du pays du Cèdre sont tous d’anciens chef de milices ayant approuvés les accords de Taëf de 1989 faisant du Liban un protectorat syrien et du Hezbollah une milice régulière : le fils Hariri n’est pas plus honnête que son père, Walid Joumblatt, chef druze est, quant à lui, l’un des déclencheurs de la guerre civile en 1975 lorsqu’il menait des milices druzes avec son père contre les milices chrétiennes de la famille Gemayel (présente au gouvernement jusqu’à l’assassinat de Pierre) ou encore Samir Geagea qu’on nous présente comme un héros chrétien alors qu’il fut le plus solide allié de l’armée syrienne lorsqu’il y trouvait son compte pendant la guerre : voila donc cette harmonieux gouvernement qui a les faveurs de la diplomatie de Bush, de Chirac et celles de nos éminents journalistes !

Avec de tels anges gardiens, le premier ministre libanais aurait raison de s’inquiéter, la constitution européenne avait les mêmes.

 

Klarenberg 

2006.12.09

Coup de projecteur sur l'art moderne

medium_04-505537.jpgRenoir/Renoir à la Cinémathèque, Godard à Beaubourg, Walt Disney au Grand Palais… force est de constater que ces derniers temps le cinéma s'expose ! C'est peut-être cette "nouvelle vague" qui a inspiré le Centre Pompidou. Depuis le 7 avril et jusqu'au 29 janvier, le musée national d'art moderne redéploie ses collections autour du 7e art. Cette approche thématique, comme pour Bing Bang l'an passé, permet de porter un regard croisé et neuf sur la production artistique moderne et contemporaine. Les cimaises se prêtent au jeu des salles obscures, images fixes et en mouvement dialoguent et s'influencent mutuellement. Sous l'angle cinématographique, les questions de narration, performance, sérialité et montage apparaissent dans un nouveau jour. On peut redécouvrir Warhol et Serra ou mieux comprendre Moholy-Nagy, on se rend compte surtout que l'histoire du cinéma est indissociable de l'histoire générale de l'art et réciproquement. A l'heure du numérique et des nouveaux mediums dans la création artistique, il faut se réjouir de cette mise en perspective audacieuse des collections nationales. Les lumières s'éteignent, que la relecture commence …

 

Le mouvement des images. Centre Pompidou. www.centrepompidou.fr

 

Primo Piano

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu