Avertir le modérateur

2007.09.21

Cocorico

Que les patriotes et les amateurs de rugby me pardonnent, ils ne me sont pas antipathiques mais je dois vous révéler une crainte profonde : je suis effrayé à l’idée que la France puisse gagner la coupe du monde de rugby.

Ce blog n’a pas pour habitude de traiter de sport, il préfère les sujets sérieux. Mais là, c’est capital !

Imaginez un instant votre vie après la finale remportée par le XV de France et vous sentirez plus que jamais la présence des médias dans votre vie.

Hormis l’Equipe qui titrera « Laporte est sublime » sans même soupçonner le jeu de mot, voici quelle sera la teneur des gros titres des journaux :

Le Monde s’étonnera placide et incrédule : « Une victoire pour la France  », Le Figaro : « Laporte : une France qui gagne », Libé : « Sarkozy fait coup double : la présidentielle et la coupe du monde », Marianne : « Les Français maîtres du monde », Français d’abord : « Les Français enfin maîtres chez eux » et l’Humanité dans un délire mystico royaliste inhabituel : «  La France sacrée ».

Et dans les pages intérieures de vos journaux préférés, vous pourrez lire l’analyse de François d’Orcival qui démontrera comment la méthode Sarkozy a fait gagner l’équipe de France : « volonté, rupture, les maîtres mots de la victoire. »

Michel Schiffres dans le Figaro Magazine déclarera que « les français ont bien mérité une victoire. Ils montrent au monde qu’en sport, comme en diplomatie, un nouveau souffle anime la France.  » Plus loin, Alain-Gérard Slama : « le discours de réussite typiquement sarkoyien a dominé la coupe du monde et a permis la victoire. »

Le Monde encore développera dans ses pages « perspectives » que « cette victoire marque l’entrée de la France dans l’ère des réformes : les français sont prêts, cette coupe du monde l’a révélée. »

« Les français gouttent au sarkozysme : style composé d’efforts, de volonté mais aussi de victoires éclatantes » pour Christophe Barbier de l’Express.

Max Gallo finira de se compromettre et verra dans l’élan de la victoire « le sacre de l’unité nationale retrouvée grâce à la présidentielle. »

Et tout journaliste qui se respecte rabrouera François Hollande qui osera remarquer que « à ce que je sache, Nicolas Sarkozy ne joue pas dans le XV de France. »

Le Point et l’Express réduiront la controverse à rien du tout et François hollande à ce qu’il est en publiant un dossier bien renseigné révélant que « de tout temps, les victoires sportives ont révélé un bien-être politique ; la preuve : les succès sportifs de l’Union Soviétiques. »

Quant à Rivarol, la vraie France, costaude et rurale gagne toujours pour peu qu’on la laisse s’exprimer et que si le président voulait bien l’écouter, la France serait la plus brillante civilisation connue.

L’Usine nouvelle et le Moniteur des travaux publics constateront respectivement que « Laporte met sa méthode de management au service de Sarkozy » et que le président « appelle à lui les compétences éprouvées. »

Chacun pourra en conclure après ce bon lavage de cerveau que la « France qui gagne est au service de Nicolas Sarkozy », comprendre : « si tu travailles pas pour le pouvoir en place, tu es un looser et tu es condamné à disparaître et à mourir seul, un soir dans la forêt, sous la pluie dans d’atroces souffrances et l’indifférence générale. »

Mais la palme viendra de Sarkozy lui-même : sur TF1 en direct, vous pourrez entendre son commentaire après le match repris par toutes les éditions de toutes les chaînes : « qu’est-ce que je constate ? Je constate que, quand la France se rassemble, par delà les clivages, quand il y a une détermination forte, qu’elle croit en elle et qu’elle accepte la compétition alors la France peut gagner. Je ne vois pas ce qu’il y a de scandaleux à dire cela et si ça choque M. Hollande ce que pensent les français, alors il est de mon devoir de lui dire qu’il faut renoncer à la politique. Moi, j’ai beaucoup de respect pour Bernard Laporte, et ce qu’il a fait sur le terrain, je le ferais en politique parce que les français le méritent et que les choses doivent avancer. »

 

Le pire et le moins croyable c’est que personne ne pensera à en rire.

 

Vito Andolini

 

 

11:05 Publié dans Médias | Lien permanent | Commentaires (4)

Commentaires

Faut-en il en arriver à espérer une défaite?

Écrit par : Gérard Nium | 2007.09.21

excellent ! en pleine forme vito !

Écrit par : primo Piano | 2007.09.23

Si la défaite est un mal nécessaire, cher Gérard!

Écrit par : vito | 2007.09.24

très très bon !

amitiés

Écrit par : Benoit | 2007.09.28

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu