Avertir le modérateur

2007.10.31

Projet de paix perpétuelle

medium_paix_perpetuel-illustration.jpgL’homme qui a réduit la dette de l’Etat, a fait disparaître toute forme d’insécurité, a solutionné la question de l’immigration, a domestiqué le dernier journaliste de France, l’homme aux innombrables réussites ministérielles, le héros des prises d’otages en maternelle, celui qui a tant fait pour la France s’est trouvé une nouvelle occupation.
Le Big Brother de Neuilly se soucie désormais d’apporter ses compétences à l’Europe qui en avait tant besoin !
L’Europe ! Mot magique qui déclenche l’approbation générale.
Il n’aura échappé à personne que notre Napoléon post-chiraquien se prend pour Sully ; il a imposé LA solution pour une nouvelle organisation de l’Europe, pas moins.

Une compréhension trop exclusivement phonétique de la langue française lui a fait prendre le projet de paix perpétuelle de Bernardin de Saint-Pierre pour une recette de cassoulet géant aux funestes effets. A la confection de ce cassoulet européen, il s’est attelé : pour la saucisse de Toulouse, Angela Merkel s’est naturellement portée volontaire, pour les fayots, les frères Kascinsky ont fait l’affaire. Tous les autres grands européens s’étant fondus dans le gras magma sans goût qui compose l’essentiel du cassoulet.

L’ancien maire de Neuilly est comme un champignon qui se nourrit des idées reçues qui l’environnent. Et quel plus gros poncif, dont notre époque est si fière, que cette idée selon laquelle « l’Europe c’est bien », voire « l’Europe c’est la paix » pour les plus éminents penseurs de notre siècle ?

Ainsi, on nous annonce que l’autosatisfaction européenne va revenir en une de l’actualité dans les mois qui viennent grâce aux amours de Napoléon et de la reine de Prusse et au subtil traité qu’ils vont imposer à l’Europe comme un nouveau Yalta : le despotisme régnera sur la moitié des affaires européennes, l’autre moitié n’aura qu’à craindre de se faire absorber.
Mais pourquoi une telle retenue dans votre projet, Monsieur le gouverneur de la circonscription française, si « l’Europe est notre avenir » ? Pourquoi une telle retenue si votre projet participe du sens de l’Histoire ?

« Le temps des patries est révolu » semble vous souffler Brasillach. « Il faut faire l’Europe » disait déjà Laval, ce Sarkozy des années quarante. « Aucune nation européenne ne doit se mettre en travers du processus d’organisation du continent », vous enjoint l’inventeur de la méthode de communication sarkozienne, l’éminent professeur Joseph Goebbels.
La noblesse du projet ne souffre aucune discussion : discute-t-on le Bien en soi?

Quant à l’opinion des français, qui s’en est déjà souciée ? Le Traité de Westphalie et le traité de Versailles ont-ils jamais fait l’objet d’un référendum ?


Klarenberg

2007.10.22

De Guy s'Moquet'on ?

Les peuples heureux -c'est bien connu- n'ont pas d'histoire. Le peuple français, lui, est trop heureux de faire des histoires et de se rendre malheureux de la sienne.

Ce blog ne sera pas suspectable d'être à la solde du sarkozysme rampant. Pourtant toute cette affaire de boycott de la lettre de Guy Moquet n'est-elle pas ridicule ?

Ridicule était déjà l'idée de l'ancien maire de Neuilly de faire lire cette lettre.

Mais ridicule est plus encore la sur-réaction de certains professeurs des écoles.

Je les rejoindrais pourtant volontiers dans leur combat pour l'indépendance, pour la résistance à la propagande déguisée, pour leur liberté pédagogique ...

Mais soyons honnêtes ! Les mêmes qui s'insurgent aujourd'hui se bousculaient hier pour se mortifier en public à la moindre occasion de repentance. Et que c'est moi qui me frapperai le plus fort. Et que je saisis la moindre commémoration pour faire un atelier pédagogique, une sortie de classe, un témoignage citoyen et autres ...

Nul doute que si c'était Jack Lang qui avait eu l'idée, les mêmes qui se drapent dans l'indépendance auraient rampé dans la servilité politiquement correcte.

Mais quand c'est l'UMP -qu'elle soit maudite sur 10 générations- le procès en sorcellerie commence. On peut imaginer le pire si on avait préféré au témoignage de Guy Moquet une lettre faisant même à demi mot référence à un espoir en l'au-delà.

Le testament de Marie-Antoinette est il moins digne d'émotion que la lettre de Guy Moquet ?

Il ne faut pas choisir, il est idiot de vouloir choisir. On peut néanmoins, quelle que soient nos options, raison et objectivité garder.

La tentative -réelle selon nous- de récupération par l'UMP -qu'elle soit maudite sur 10 générations- de la dernière lettre d'un condamné à sa famille est tout simplement odieuse.

L'indignation téléphonée, fausse et grandiloquente est tout simplement indécente.


Si l'on veut donner aux élèves une notion du sacrifice, du don de soi, du rapport à la cité, à la mort et au devoir ... il sufira de remettre Racine au programme.
Ca ne fera de mal à personne et nos morts nous saurons certainement gré de les laisser dormir en paix.

Primo Piano

2007.10.02

Un Villepin pour demain, un Villepin sinon rien !

Depuis quelques temps, vous l'aurez remarqué, ce blog rompt des traditions de neutralité auxquelles du reste il n'avait jamais adhéré. Répétition dans le temps, acceptation tacitement reconduite ... les plus endallozé d'entre vous auront reconnus les conditions de mise en place d'une nouvelle coutume. L'écrit vient à son heure l'attester : nous devenons partisans.

Mais rassurez-vous, partisans ne veut pas dire cohérents et la partialité ne suppose pas la fidélité dans la partialité. En un mot, nous nous efforcerons coûte que coûte de maintenir une ligne éditoriale improbable. Nous ne faiblirons pas dans la défense de la veuve et de l'orphelin surtout si la première est la mère du second et qu'elle a tué son mari ... ou inversement.

Mais alors pourquoi tant de précautions oratoires ? Pour un homme : Dominique !

Hegel observait déjà qu'au cours de l'histoire la mousse de la bière perdait en densité alors que dans le même temps l'Esprit du siècle pouvait s'incarner dans des hommes d'exception.
Voyant Napoléon, il crut voir l'IDÉE à cheval. Avait-il raison ? On peut en effet admettre qu'il vit un cheval. Pour le reste, si l'on accepte que parmi les idées il y en a de très mauvaises, alors oui il avait raison.

Mais si l'on évoque ici le nabot d'Arcole, ce n'est pas pour rendre hommage au maire de Neuilly mais à son biographe (je parle du biographe de Napoléon pas de Yasmina Reza).

Oui j'ai décidé officiellement d'apporter un soutien irrationnel à Dom', surnom du fringant Villepin qui n'est pas sans rappeler le DOM (Deus Optimus Maximus) qui frappe les tympans de la chrétienté depuis un certain soir de Noël.

Irrationnel ? Comment en serait-il autrement ?
En effet, la principale qualité de Dom' est évidemment qu'il est fou, fou à délier !
Pataugeant dans les eux troubles de Clearstream, donnant son avis halluciné sur une actualité qui ne le concerne plus. C'est un cramé qui fait la politique de la terre brûlée et cela nous promet sans doute une saine purification par les flammes.

Du bûcher des vanités au bûcher des vaniteux, sa deuxième qualité est d'incarner l'opposition en France face à ce nouveau général Boulanger qui croit pouvoir mener le pays à la baguette (industrielle en plus). L'histoire ne dit pas où était sa pomponette mais voilà que depuis des mois il met la France dans le pétrin en roulant les Français dans la farine.

Oui Dom' tu es notre Salut.
Seules ton imprévisibilité, ta rhétorique cyranesco-gaullienne, ta capacité à dire tout haut ce que personne ne comprend tout bas, seules ces qualités inimitables nous sauveront. Tu prêches dans le désert comme Jean-Baptiste mais toi, tu choisis une carrière de "précurseur" après-coup. Belle preuve de ton originalité. C'est quand tu n'as plus d'armes que tu montes au front. Tu as toutes les audaces même les moins audacieuses. Tu peux dire quelque chose d'aussi bête que Raffarin avec un ton historique. Le silence que tes saillies laissent à tes interlocuteurs passent pour de la déférence plus que pour de la consternation. Personne ne comprend ce que tu dis, où tu vas, d'où tu viens. Mais en se taisant par incompréhension, on légitime la profondeur d'un propos que toi-même peut-être tu ne maîtrisais pas jusqu'au bout.

Tu es en sorte une Ségolène Royal qui a réussi. Ton aplomb fait force de crédit, tes erreurs d'appréciation deviennent des approches innovantes. Tes sourcils se froncent, on reconnaît l'autorité. Tu t'endors, on voit en toi le sage. Tu passes ta main dans tes cheveux, on ne voit aucune pellicule.

Si tu pétais, soyons sûr qu'on parlerait de souffle nouveau ou de signal fort.

Dominique, l'esprit s'incarne en toi.

Si Hegel vivait, il dirait sans doute que la mousse de la bière a encore perdu en densité mais qu'en apercevant Dominique de Villepin il a vu l'IDEE.

Une question demeure cependant : où est passé son cheval ?!

Primo Piano

NDLR : A l'issue de cet article je dois avouer ne pas comprendre un traître mot de ce que j'ai écrit (en effet si j'avais parlé nommément de Sarkozy, j'aurais au moins reconnu un mot traître). Toute information concernant le sens ou l'absence de sens de ce que vous avez pu lire sera la bienvenue.

01:25 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (12)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu