Avertir le modérateur

2007.05.07

PATIENS QUIA AETERNUS

Une citation vient à l'esprit ce soir, celle de François Mitterand le soir du 1er juin 1958, en rentrant de l'investiture du Général De Gaulle à l'Assemblée Nationale.

 

"Il va falloir maintenant que nous utilisions notre temps. On va écrire. On va écouter de la belle musique. On va voir des amis...parce que nous en avons bien pour dix ans."  

2007.05.05

Bier Heil !

Chers amis, qui par hasard ou par amitié, avez découvert ce blog, vous savez comme moi que notre pays va sortir de l’Histoire dimanche prochain 6 Mai 2007.
Il est temps pour nous d’abandonner la politique aux vers qui s’en sont saisis et la dévoreront comme une charogne.
medium_103delac.jpg

Elevons-nous l’âme au-dessus des miasmes sarkozistes et de la rhétorique matérialiste de ses cuistres économistes.
« L’Histoire de mon pays a été faite par des gens qui croyaient à la vocation surnaturelle de la France », disait Bernanos.
Ecrivons nous-même cette histoire. Soyons Tacite puisque Néron gouverne.
Envahissons nos écrits de l’ironie dont l’UMP est dénuée, noyons d’une encre vengeresse la stupidité en politique, le manque d’imagination, le pharisaïsme ambiant.

Et que nos sarcasmes nous rendent libres et…Immortels…

Au français approximatif de nos futurs gouvernants,
Opposons l’excellence de la langue de Voltaire et de Rivarol
A leur monde de robots,
Opposons la transcendance dans l’art, méditons Ruskin, écoutons Bach
A leur éthique protestante,
Opposons la bière et son art de vivre préservé du chaos pendant mille ans par les monastères.

-La littérature nous vengera
-La musique nous élèvera
-La bière nous sauvera

Inutile, dites-vous ?
medium_franziskaner-klein.jpg
« Après tout, qu’importe les revers, si notre nom, prononcé dans la postérité, va faire battre un cœur généreux dans mille ans après notre vie ? » (Chateaubriand)

Klarenberg

2007.04.26

La grande arnaque des Bien-pensants

La Sainte Urne a parlé, le Sacré Tabernacle de la démocratie devant laquelle chaque citoyen est venu faire son sacrifice dominicale s’est exprimé : Ah ! Quelle merveilleuse alchimie qui transforme les croyances de gens sans idée en la Vérité Révélée pour toute une nation ! Merveilleux moments de communion collective et de célébrations cathodiques aussi puissantes qu’un Dies Irae.
Ô puissants prophètes, vous vous étiez exprimés : seuls quatre candidats avaient eu l’honneur de plaire au Tout-Puissant.
Les français n’avaient qu’à choisir : un homme neuf de plus de 70 ans, vétéran de la quatrième et féru des grandes rencontres internationales d’autrefois. Quel sacrilège ! Comme c’est excitant.
Les prophètes indiquaient également que l’on pouvait choisir M. Ouine : encore plus détestable que le premier, M. Ouine incarnait le non choix, le plus sûr chemin vers la Damnation : ni Bien, ni Mal, juste la reddition de la conscience.
Une Princesse figurait parmi les préférés de Dieu, désignée de son Doigt. Dieu le voulait : les français devaient élire une Reine (comme le bon peuple de Paris l’avait déjà fait en 2001), ils manifestaient ainsi leur volonté de vivre en insectes (comme les parisiens). Paix à leurs âmes !
La Divinité désignait aussi un homme de lois : fascinant pour tous les pharisiens qui confondent si facilement l’ordre social et la patrouille de police.

Enfin, les Temps sont proches, mais l’on sait déjà que les français sont toujours le peuple élu de Dieu. La France Lui reste fidèle à Lui et à ses commandements.

Dieu est donc français… en trois sondages et cinq instituts…

C’est peut-être ça le Destin surnaturel de la France.
Amen

Klarenberg

2007.03.20

IN MEMORIAM

medium_Enghien.jpg« Quand, dans le silence de l’abjection, l’on n’entend plus retentir que la chaîne de l’esclave et la voix du délateur, lorsque tout tremble devant le tyran et qu’il est aussi dangereux d’encourir sa faveur que de mériter sa disgrâce, l’historien paraît, chargé de la vengeance des peuples ; c’est en vain que Néron prospère, Tacite est déjà né dans l’Empire, il croît inconnu auprès des cendres de Germanicus, et déjà l’intègre Providence a confié à un enfant obscur la gloire du maître du monde. »

Voila ce qu’inspira à Chateaubriand l’annonce de l’assassinat du Duc d’Enghien. Jeune prince de 25 ans, dernier héritier du plus prestigieux nom de l’histoire de France, fils de la race des Condé, des princes de Conti et des ducs de Bourbon, assassiné sur les ordres de l’Usurpateur dans la nuit du 20 au 21 mars 1804.


Louis-Antoine Henri de Bourbon fut condamné à être fusillé dans les fossés du Château de Vincennes sans attendre, au terme d’un simulacre de procès, sur un motif non démontré, en application d’une loi pénale rétroactive par un tribunal d’exception formé à la demande du Premier Consul de l’époque et après avoir été arrêté à Ettenheim, en Bade, en violation du territoire et du droit de cet Etat.


Aujourd’hui 20 mars 2007, 203éme anniversaire, n’oublions pas ce crime odieux qui fit basculer l’Histoire, permettant à un ressortissant Génois de se faire passer pour « l’Empereur des Français » et qui mit l’Europe à feu et à sang.

« Nous sommes allés chercher un empereur chez un peuple où les Romains ne voulaient même pas prendre des esclaves », disait-on à l’époque.


Pour que cet évènement ne soit pas oublié, adhérez et faites connaître le comité du 20 mars !

Comitedu20mars@voila.fr


Enfin, pour célébrer cette date à votre façon, plusieurs idées :

-Envoyer un courrier au « Prince » Napoléon vivant lui demandant réparation.

-Aller vous moquer de ce prétentieux monument en marbre de chiottes qu’est le tombeau de Bonaparte, pour ceux qui habitent prés des Invalides (je sais, c’est payant, mais l’entrée vaut la peine, vous pourrez rendre hommage au passage au Maréchal Lyautey, cet impeccable légitimiste !)

-Voter pour le candidat qui promettra de renvoyer les cendres du nabot aux Anglais, celles du Duc de Reichstadt aux allemands et tous les autres Bonaparte aux corses.

-Rappeler aux Saint-Cyriens qu’ils portent l’uniforme des vaincus de 1870 et que leur fondateur fit d’eux des fonctionnaires, simples domestiques de l’Etat.

-Jouer la cinquième à Enghien.


Klarenberg

2006.12.22

Incohérence administrative

medium_carte-departements.2.gifLa division administrative de la France en départements date de la "grande" Révolution. Quoi qu'on pense de ce découpage abstrait mettant à bas nos provinces pluri-séculaires, il avait le mérite d'être logique et systématique. Nos 89 départements métropolitains étaient classés alphabétiquement de 1, l'Ain, à 89, l'Yonne. Parfait. Depuis, le politiquement correct et les conseillers en communication ont fait des ravages. Quelques changements s'avèrent annodins à défaut d'être heureux: Basses-Pyrénées devenues Pyrénées-Atlantiques (64) ou Seine-Inférieure transformée en Seine-Maritime (76). Mais dans la plupart des cas, l'adoption de dénomination plus vendeuses se fit au détriment du bel ordonnancement révolutionnaire. Ainsi les anciennes Basses-Alpes (04), devraient être 05 depuis qu'elles se sont élevées en Alpes-de-Haute-Provence, tellement plus bucoliques... Un zeste de régionalisme girondin transforma les Côtes du Nord en Côtes d'Armor (22) et voilà l'orthodoxie jacobine mise à bas. Sans parler de la Seine et Oise: que diable viennent faire les Yvelines au numéro 78!

Profitant de la tribune offerte par Primopiano, je lance un appel solennel à tous les candidats à l'élection présidentielle qui se réclament  d'un certain idéal républicain. Je leur demande de s'engager à rétablir, par tous les moyens, l'ordre juste dans la classification de nos départements, cellules de base de notre société. 

 Ambrogio Riva

2006.11.24

Les deux Bernanos

medium_medium_bernanos_g.2.jpg

Dans les conversations de salon, il est de bon ton de disserter sur la soit-disant dualité de Bernanos. Il y aurait donc le Bernanos maurassien, royaliste et catholique intrensigeant, puis le Bernanos démocrate-chrétien humaniste et tolérant. Et les bien-pensants de s'approprier l'un ou l'autre, selon leurs affinités politiques. C'est tellement plus pratique en effet de pouvoir coller les bonnes vieilles étiquettes!

 

 medium_medium_lp_230975.2.2.jpg

 

Je n'ai pourtant trouvé qu'un seul Bernanos, un chrétien libre, intelligent et exigeant qui n'a de cesse de chercher la Vérité, à temps et à contre-temps. Les invectives contre les bourgeois républicains conservateurs de La Grande peur des bien-pensants, la dénonciation des ignominies des troupes franquistes (Les Grands cimetières sous la lune) et la vision prophétique de la technocratie totalitaire de nos démocraties modernes (La France contre les robots) sont bien du même ordre: traquer les faux-semblants, les mensonges, les compromissions. D'où qu'ils viennent. C'est ce que ne lui ont jamais pardonné nos bien-pensants modernes. La charge contre le franquisme est perçue comme une trahison par les bien-pensants nationalistes ("ah... sacrés nationaux!"). Alors que c'est la seule lueur de moralité au milieu des errances fatales de ses collègues de l'époque. De même, les apôtres démocrates oublient volontairement son ouvrage posthume qui les place devant les abîmes du nouveau monde post-1945.

Une oeuvre à apprécier dans son ensemble.

Ambrogio Riva

 

 

 

21:20 Publié dans Billet d'humeur | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : Bernanos

2006.10.06

La France d'après...

Désir d'avenir ou La France d'après? 

Vous avez pu tester un échantillon de ce que serait cette France post 2007 si l'irréparable se produisait.

Imaginez deux Bélarussiens (habitants du Bélarus) qui demandent un visa touristique de quinze jours pour la France, début juillet. Après deux réponses négatives de l'ambassade de France à Minsk et moults humiliations, le visa n'arrive que le 20 septembre! Ces amoureux de notre pays ne demandant pourtant qu'à y dépenser leurs économies...

Vous avez été confronté pour la première fois à l'administration française des visas et fûtes effaré par toutes les pièeces demandées: quatre bulletins de salaire, trois justificatifs de domicile, attestation de la dimension de notre appartement, timbres fiscaux... plus une assurance-maladie de 70,000 dollars par tête à leur charge! Comme l'ambassade a rejetté deux fois les demandes, vous avez osé leur téléphoner. L'attaché vous traite alors de corrupteur!

Les 70,000 dollars surtout ont du mal à passer. Le même jour, le bon médiateur Karlsfeld, nommé par Sarkozy, vous explique sur TF1 avec un grand sourire, que tout immigré clandestin expulsé recevra au minimum 13,000 euros de dédomagement, quelle que soit sa durée de séjour en France. Vous conseillez donc à vos amis Bélarussiens, pour leur prochain voyage en France, la voie clandestine, en demandant un intéressement sur la prime de retour.

La France d'après n'est vraiment pas la France du bon sens.

Ambrogio Riva

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu